Etes-vous en âge de consommer de l'alcool dans votre pays de résidence ?
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé,
sachez consommer avec modération.

La Propriete

Situé dans la partie Sud de la péninsule du Médoc, aux abords des villages de Macau et Ludon, le vignoble du Château Cantemerle, Grand Cru Classé en 1855, s’étend sur un vaste lit de graves profondes. Avec son terroir si particulier, Cantemerle produit des vins délicats, équilibrés et d’une rare complexité aromatique. Après avoir appartenu aux familles Villeneuve (1579-1892) et Dubos (1892- 1980), le Château a été acquis en 1981 par le Groupe SMA, Société mutuelle d’assurance des entreprises du bâtiment et des travaux publics. L’histoire très ancienne du domaine se reflète dans l’architecture des bâtiments et du parc magnifique qui les entoure. Cantemerle respire le charme et le romantisme. Ses vins en ont le touché, comme par magie !

Le lieu

Le Parc

Sans doute l'un des plus beaux du Bordelais, il s'étend sur 28 hectares, là aussi, les époques ont laissé leur empreinte. Des allées traversent une garenne selon un plan rigoureux datant du XVIIIème. Un siècle plus tard Louis-Bernard Fischer, grand botaniste à qui l'on doit le Jardin Public de Bordeaux, redessinera le parc et les abords du château. Véritable féerie botanique, le parc de Cantemerle compte de nombreuses et rares essences. Agrémenté de pièces d’eau au charme romantique, il contribue à l'extraordinaire magie qui émane de ce domaine.
Une fois l’entrée du Chalet passée et la longue allée de Macau parcourue, une première scène se joue dans la cour d’honneur : Les « Jumeaux », deux immenses platanes dont le faitage culmine à près de 50 mètres de hauteur semblent protéger de leurs puissants bras le corps principal du château. Unis par la seule volonté de l’homme, ils ont depuis longtemps lié leur destin en fusionnant leurs racines tel un pacte de sang. Un peu à l’écart se trouve encore un sujet hors normes, le « Solitaire » dont la circonférence atteint plus de 6 mètres ! Et puis en se dirigeant vers l’Orangerie, discrètement situé en retrait d’un imposant magnolia du second empire, on trouve un if multiséculaire qui marque la limite d’une terre religieuse peut être à l’origine des premières productions viticoles en ce lieu.

Le vénérable aurait 450 ou 500 ans aux dires des experts qui l’ont visité. Autre merveille pour le botaniste passionné, les bordures du grand plan d’eau sont ornées d’un alignement rarissime d’Osmunda regalis, l’Osmonde royale plus communément nommée « fougère géante ». Leurs rameaux sont si grands en été que l’on se croirait parfois revenu à l’ère jurassique. Toutefois parler du parc de Cantemerle sans évoquer ses hôtes c’est le priver d’une partie de son âme. A commencer par le Merle qui lui a donné son nom au moyen âge. « Canta Merla » dont Poncio fut le seigneur et porta fièrement son nom. Pourquoi ce nom plutôt qu’un autre ? C’est très simple. Des terres boisées et giboyeuses sur lesquelles le seigneur chassait et vivait au chant du Merle ! Une terre où il fait bon vivre ! Comme pour l’homme, la tradition animalière s’y perpétue. Merles et passereaux, chouettes et hérons, écureuils, renards, lapins de garenne et chevreuils, fouines et rongeurs de toutes sortes se partagent cet espace protégé depuis des siècles.